peinture cloque-t-elle

Le cloquage est un phénomène observé suite à la présence de cloques dans une couche de peinture ou de vernis. Les voir sur une surface qui a été peinte récemment est désagréable et très décourageant pour le peintre ou le bricoleur. Mais qu’est-ce qui cause ce phénomène de cloquage ?

Le phénomène de cloquage

Les cloques sur les peintures appliquées au plafond sont désagréables à voir et peuvent détruire l’harmonie qu’il y a entre les couleurs des murs et du plafond ou encore casser l’originalité de la décoration d’une pièce. Le cloquage est une formation de cloque lorsque la vapeur d’eau contenue dans la peinture au plafond se dilate entre le substrat et le revêtement qui le protège. Les cloques sont présentent sur les peintures fraîchement appliquées. Lorsqu’elles éclatent il n’y a pas de liquide qui en sort. Mais quelles sont les causes de ce phénomène ?

La présence de sels solubles

Plusieurs facteurs et éléments peuvent causer l’apparition de cloques sur une surface peinte. Ces sels solubles peuvent contaminer la surface de substrat et peuvent également s’infiltrer entre les couches. Les agents de démoulages peuvent eux aussi contaminer la surface peinte. Dans ce cas, des cires, des huiles, de la poussière, et d’autres éléments ne permettront pas une bonne adhérence du substrat. La vapeur tendra alors à se concentrer dans les zones à faible adhérence à la peinture. Il n’y a pas de cloques liquide à l’intérieur, ils sont appelés « cloquage sec ».

Les solvants et autres

Une insuffisance ou une inadéquate évaporation des solvants peuvent augmenter l’absorption piégé dans la transmission de la vapeur d’eau et donc la formation d’ampoules. Bien que plusieurs causes puissent être responsables de cloquage, l’osmose est l’un des plus fréquents. Les peintures agissent comme membranes semi-perméables, permettant à l’eau de passer à travers eux, lorsque la salinité sur les deux côtés du film est différente. Ceci est le mécanisme principal de la formation d’ampoules par des procédés osmotiques. Ce phénomène influence sur l’épaisseur du revêtement, et le type de peinture. A part le solvant, un excès d’humidité dans la surface, surtout le bois, la présence de rouille sur le métal, une accumulation de sels d’efflorescence sur la maçonnerie, une surface déjà peinte et réparée à l’aide d’un ciment à joint et peinte avec une peinture à base d’eau, ainsi qu’une température d’application élevée peuvent être à l’origine d’un phénomène de cloquage sur une surface peinte.