L’installation d’une cuve de récupération des eaux de pluie est une pratique courante permettant de stocker puis de réutiliser l’eau recueillie afin d’arroser le jardin. Si les cuves hors-sol installées à l’extérieur sont les modèles les plus courants, une solution plus économique et pratique commence à gagner du terrain à savoir les cuves de récupération enterrées. Encore méconnu du grand public, ce système offre pourtant plus d’avantages que la solution traditionnelle. Découvrez l’essentiel à savoir avant d’installer un récupérateur enterré.

Un récupérateur enterré : fonctionnel et économique

Bien souvent, lorsqu’on parle de récupération des eaux de pluie, les cuves aménagées à l’extérieur qui recueille les eaux descendant de la gouttière sont les plus populaires. Si ces installations ont l’avantage de stocker l’eau efficacement l’eau dans le but de l’utiliser par la suite pour arroser les plantes ou nettoyer la voiture, elles ont cependant un grand inconvénient. De par leur installation en dehors du sol, ces récupérateurs ont en effet tendance à rendre l’eau stockée verdâtre, opaque et parfois même malodorante. Contrairement à ces équipements traditionnels, les cuves de récupération d’eau enterrées disposent d’un système très réglementé qui évite tous ces désagréments. Étant enfouie dans le sol, l’installation permet de stocker l’eau à une température ambiante, mais surtout à l’abri de la lumière. Elle peut ainsi conserver toute sa pureté et sa transparence.

En plus de stocker l’eau dans les meilleures conditions, les récupérateurs enterrés sont également équipés d’un filtre qui purifie l’eau afin de la rendre utilisable pour une distribution intérieure. Vous pourrez ainsi économiser grandement sur votre facture en eau puisque l’eau stockée sera parfaitement adaptée pour alimenter nombreux appareils et équipements de la maison (machine à laver, toilettes, sanitaires…). À titre indicatif, un récupérateur enterre permet de réduire votre consommation par trois, contrairement à une cuve hors-sol.

Comment fonctionne le récupérateur enterré ?

Assez sophistiqué à première vue, le fonctionnement d’un récupérateur d’eaux de pluie enterré s’avère cependant assez simple. D’abord, sachez que les gouttières de l’habitation sont connectées entre elles afin de constituer un seul réseau avec une sortie unique. L’eau recueillie se trouve donc dans un même tuyau puis se déverse dans la cuve de stockage. Elle passe cependant d’abord par un filtre à feuilles dont le rôle consiste à éliminer les salissures venant de la toiture (lichens, mousses…). L’eau dans la citerne sera par la suite injectée dans la maison à l’aide d’une pompe. Afin de vous aider à mieux gérer l’équipement, certaines cuves sont munies d’un écran LCD indiquant la quantité contenue dans la cuve et l’état de fonctionnement du dispositif. Dès lors que la citerne est trop remplie, l’eau sera automatiquement versée vers un puisard destiné à l’épandage naturel de celle-ci.

Dans la mesure où l’eau du robinet ne doit pas entrer en contact avec l’eau de pluie, vous devrez aménager un nouveau réseau de tuyauterie pour la distribution de l’eau récupérée dans la maison. Avant d’être utilisable, l’eau de pluie recueillie devra passer dans un filtre à sédiments puis à charbon actif. Après ce traitement, elle sera transparente, propre, sans effluence et surtout dépourvue de tous métaux lourds. Afin d’éliminer les bactéries toutefois, et en faire une eau potable, vous devrez installer une lampe à ultraviolet à la fin de la filtration.

Quels avantages et inconvénients à connaitre ?

Comme l’installation d’une cuve de récupération enterrée représente un projet assez complexe et d’importants travaux, son coût de réalisation s’avère souvent très élevé. Son prix est d’ailleurs son principal désavantage puisque vous devrez investir quelques milliers d’euros pour en bénéficier. Notez également que l’installation requiert des travaux conséquents dans le jardin. Cet inconvénient n’est cependant que provisoire, car une fois en place, l’équipement sera invisible et occupera peu l’espace. La cuve devra néanmoins rester accessible afin de permettre l’entretien et le dépannage si besoin. En contrepartie, l’équipement offre de nombreux avantages écologiques et pratiques. La récupération d’eau de pluie vous permet effectivement d’agir comme un consommateur éco-responsable. En plus de préserver la planète et ses ressources, vous contribuez également à préserver les nappes phréatiques et le désengorgement des stations d’épuration durant les pluies torrentielles.

Pour finir, ce genre de système vous offre l’occasion de devenir plus autonome. En ces temps où les mesures de restriction en eau se multiplient dans plusieurs régions, il convient de chercher une solution plus économique pour garder un certain confort. Comme les amendes deviennent également de plus en plus sévères, mieux vaut utiliser un récupérateur enterré afin de continuer à vivre normalement tout en prenant de grands bains moussants ou en arrosant abondamment le jardin sans contrainte.

Quels éléments considérer pour choisir la cuve idéale ?

Étant donné que la cuve enterrée constitue l’élément principal de l’équipement, pensez donc à tenir compte de certains critères pour bien la choisir. Lors de l’achat, vous devrez définir les mensurations de la cuve et le matériau de fabrication, non seulement pour contrôler le budget, mais aussi pour trouver un système adapté. Le volume contenu dans le bac varie entre 5 000 et 10 000 litres tandis que les diamètres vont de 1 m à plus de 2 m. Les mensurations de la cuve sont généralement déterminées selon la surface du toit, la pluviométrie moyenne de la région et les besoins en eau de la maison. Les besoins et la contenance du bac devront être en adéquation puisqu’une cuve trop grande reste un gâchis si l’eau stockée n’est même pas utilisée.

Concernant le choix du matériau de fabrication, deux possibilités s’offrent à vous : le plastique et le béton. Chaque solution possède ses avantages et inconvénients. Ainsi, n’hésitez pas à demander conseil à votre installateur ou au vendeur pour ne pas vous tromper. La cuve en plastique, se présentant souvent sous forme de citerne pré-équipée, s’avère très légère et facile d’installation. Grâce à son prix abordable et la légèreté des travaux, elle se présente comme la solution idéale pour un budget limité. Sa pose sur un sol humide reste cependant complexe, car il faudra réaliser un radier béton afin d’y poser la cuve pour ensuite la sangler. Ces travaux peuvent donc engendrer un coût supplémentaire de plus, la résistance du bac est assez faible.

La cuve en béton a l’avantage d’être plus résistante et donc plus durable. Étant constamment attaqué par l’eau de pluie, le béton conserve un pH neutre ce qui évite la corrosion des appareils constituant le système de récupération. L’importance des travaux implique cependant un coût d’installation plutôt élevé, mais la pose s’adapte à tous types de terrains.

Votre maison est-elle adaptée à l’installation ?

Lors de l’installation d’un récupérateur enfoui, l’intervention d’un artisan expérimenté garantit la qualité de pose et le respect des normes en vigueur, mais vous permet également de profiter des conseils d’un expert. Pour trouver le bon professionnel, réaliser une demande de devis auprès de 3 ou 5 installateurs afin d’obtenir une proposition de prix des travaux selon les contraintes techniques. Comparer ensuite les devis afin de trouver le prestataire proposant des services et des tarifs conformes à vos besoins. Avant de réaliser un devis, le professionnel réalise d’abord une étude de faisabilité puisque toutes les maisons ne respectent pas les conditions préalables à l’installation enterrée. Une étude de la toiture sera nécessaire pour s’assurer qu’elle ne contient pas de produits toxiques pour la santé (amiante, plomb…). C’est notamment le cas de toits très anciens.

Le coût de la pose devra également être bien rentabilisé, mais ce n’est pas toujours le cas lorsque le toit ou le jardin sont insuffisants. Si votre toiture est par exemple petite, seule une citerne de petite taille pourra être posée. La quantité recueillie peut ensuite s’avérer insuffisante pour répondre aux besoins de la maison. De même, si votre jardin n’a pas assez d’espace pour accueillir une cuve de 2 m de diamètre, seule une cuve de 1 m pourra être installée.

La mise en place d’un système de récupération d’eau de pluie est par ailleurs obligatoire pour certaines habitations (appartements, maisons en ville…). Par contre, certains lotissements sont dépourvus de réseau ainsi, les propriétaires se tournent vers des systèmes d’évacuation individuels (cuve enterrée ou hors-sol).